Caroline Mahlig - Dissertation du lauréat, 2011

Caroline Mahlig

Dès un jeune âge, je rêvais d’être propriétaire d’une ferme. Bien entendu, puisque je suis une femme originaire du centre-ville de Gatineau, nombreux sont ceux qui m’ont déconseillée ce métier. Ne sachant pas exactement comment m’initier au domaine de l’agriculture, j’ai débuté par faire du bénévolat avec des vétérinaires pour les gros animaux. J’ai eu la chance de visiter plusieurs fermes et d’apprécier la noblesse du métier d’agriculteur.

Par la suite, je me suis inscrite au Collège Héritage en Sciences Nature avec l’intention de poursuivre mes études en agronomie à McGill. Ce fut tout un défi puisque l’anglais n’est pas ma langue maternelle. Avec beaucoup d’efforts et de persévérance, j’ai réussi à maîtriser l’anglais. C’est donc sans hésitation que je me suis dirigée vers le programme Agro-Environmental Sciences avec une spécialisation en Animal Health and Disease à McGill. Depuis, j’ai travaillé sur la ferme laitière de McGill où l’on m’a appris les aspects techniques du métier et l’ardeur nécessaire au travail d’agriculteur.

L’été dernier, j’ai réalisé un emploi d’été au Ministère de l’Environnement du Québec au travers duquel j’inspectais l’utilisation des pesticides des agriculteurs. J’ai eu le privilège de côtoyer des agronomes et des agriculteurs expérimentés ce qui m’a permis d’approfondir mes connaissances dans le domaine de l’agriculture. Lors de mon emploi, j’ai constaté la difficulté d’intégration que j’expérimenterais en tant que femme dans ce domaine à prédominance masculine. Toutefois, je compte persévérer et tailler ma place au sein de l’industrie agricole en tant que future agronome et agricultrice.