Mélanie Harel - Mention Honorable, 2000

La musique est entrée dans ma vie par hasard, comme une fleur dont la semence aurait été amenée au gré du vent. On l'aperçoit un matin avec étonnement, observant ensuite avec ravissement son éclosion.

A l'aube de ma carrière professionnelle, je récolte avec bonheur les fruits de plusieurs années de persévérance. D'une part, dans quelques semaines, je serai titulaire d'un diplôme de deuxième cycle en interprétation du hautbois du Conservatoire de Musique du Québec. Par ailleurs, j'occupe déjà les postes en enseignement du hautbois du CÉGEP de Sainte-Foy et du Conservatoire de Musique de Rimouski. D'autre part, je possède une expérience variée comme musicienne d'orchestre. En 1997, j'ai eu la chance d'être invitée pour l'orchestre de l'Académie d'été Collegium Musicum Schloss Pommersfelden (Allemagne). Puis, en 1999, en plus de me retrouver finaliste provinciale du Concours de Musique du Canada, je fus sélectionnée pour l'Orchestre National des Jeunes du Canada. Enfin, je suis surnuméraire depuis 1997 pour l'Orchestre Symphonique de Québec, Les Violons du Roy, l'Orchestre Symphonique de l'Estuaire ainsi que l'Orchestre Symphonique de Sherbrooke.

Évidemment, je suis heureuse de pouvoir déjà vivre en bonne partie de mon art. C'est une situation rassurante et de bon augure dans un domaine où il est si difficile de se tailler une place. Pourtant, je souhaite continuer à étudier. Assurément, la poursuite d'un travail assidu auprès d'un maître me permettrait de développer davantage les possibilités sonores et expressives sur mon instrument. améliorant ainsi ma capacité à m'exprimer et à toucher les gens. Ce don d'émouvoir revêt une importance capitale à mes yeux. C'est ce qui me nourrit en tant qu'artiste.

L'automne dernier, récipiendaire du prix Gisèle-Schmidt de la fondation des femmes d'affaires du Québec pour l'année 1999-2000. je suis allée me perfectionner durant quatre mois auprès de Jacques Tys, professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Monsieur Tys m'a fortement encouragée à poursuivre des études supérieures en Suisse, auprès de madame Louise Pellerin. J'ai donc entrepris des démarches et suis allée rencontrer madame Pellerin lors de mon séjour en Europe. Elle s'est montrée fort enthousiaste et m'a invitée à faire une demande d'admission à la Musik Hochschule Winterthur Zurich, au Konzertdiplom. Ce programme, axé davantage sur le répertoire solo, débuterait en septembre 2000 pour une durée de deux ans.

Suite à mon séjour en Suisse, j'aimerais rentrer au Canada et reprendre mes activités de musicienne et pédagogue, contribuant ainsi à la diffusion et au rayonnement des connaissances et techniques hautboïstiques acquises outre-mer.

En terminant, vous comprendrez que pour mener à terme ce projet, je dois faire appel à des moyens financiers complémentaires à mes revenus actuels. J'en suis donc à des démarches actives auprès de divers organismes tels que le vôtre, qui supportent des étudiants, amenant un peu de vent dans leur voile, ou un peu de soleil pour l'éclosion...